Logo prefecture
Rechercher dans
Sauvetage de plusieurs embarcations de migrants dans le détroit du Pas-de-Calais
Sauvetage de plusieurs embarcations de migrants dans le détroit du Pas-de-Calais
18 oct. 2020

Dimanche 18 octobre 2020, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez est contacté suite à plusieurs reports d’embarcations de migrants en difficulté entre Calais (62) et Dunkerque (59).

Le CROSS Gris-Nez est tout d’abord prévenu par la pilotine du port de Dunkerque (59) qu’une embarcation de migrants avec 11 personnes à bord est à la dérive et semble victime d’une voie d’eau à 5 nautiques (environ 9km) au Nord/Est de Calais (62). Le CROSS demande à la pilotine de Dunkerque de rester sur place pour sécurisation et engage la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Escaut de la gendarmerie maritime, alors en mer, pour leur porter assistance. Arrivée sur zone, l’Escaut prend en charge à son bord les 11 naufragés dont 2 femmes et 1 enfant ainsi que leur embarcation. Une personne se trouve en hypothermie légère. Ils sont tous ramenés à Calais, ils sont alors pris en charge par les pompiers du service départemental d’incendie et de secours du Pas-de-Calais (SDIS 62) et la police aux frontières (PAF 62) à 07h20.

Le CROSS Gris-Nez est ensuite directement appelé par 19 migrants se signalant en difficulté à bord de leur embarcation dans le chenal de Calais. Le CROSS engage le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Garonne de la Marine nationale, alors en patrouille dans la zone, pour leur porter assistance. Arrivée sur zone, la Garonne prend en charge à son bord les 19 naufragés dont 2 femmes et 4 enfants ainsi que leur embarcation. Un des migrants étant en hypothermie sévère, le CROSS initie une conférence téléphonique avec le service de coordination maritime médicale (SCMM) du Havre (76), des soins à bord et une prise en charge médicalisée à quai sont préconisés. Les 19 migrants sont ramenés à Calais où ils sont pris en charge par les pompiers SDIS 62 et PAF 62 à 09h59.

Ce même jour, le centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) 59 relaie au CROSS Gris-Nez un appel de migrants se trouvant en panne moteur à bord de leur embarcation à 6,5 nautiques (environ 12km) au Nord de Dunkerque. Le CROSS engage le canot tout temps Jean Bart II de la station de la société nationale de secours en mer (SNSM) de Dunkerque pour leur porter assistance. Arrivé sur zone, le Jean Bart II prend en charge à son bord les six naufragés et prend en remorque leur embarcation. Ils sont ramenés au port de Dunkerque où ils sont pris en charge par la police aux frontières (PAF 59) à 09h15.

Le CROSS Gris-Nez est également prévenu par le cargo Mila qu’une embarcation est en difficulté au milieu de la voie montante du détroit du Pas-de-Calais. Le CROSS engage aussitôt le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) Abeille-Languedoc affrété par la Marine nationale pour leur porter assistance. Arrivée sur zone, l’Abeille-Languedoc prend en charge à son bord 10 naufragés ainsi que leur embarcation. Ils sont ramenés à Boulogne-sur-Mer (62) où ils sont pris en charge par les pompiers du SDIS 62 et la PAF 62 à 16h43.

Peu de temps après, c’est le navire de pêche Berlio qui signale au CROSS Gris-Nez une embarcation de 19 migrants est en difficulté à 8 nautiques (environ 15km) à l’Est de la plage d’Hardelot (62). Le CROSS engage alors le patrouilleur des gardes-côtes (PGC) Jacques Oudart Fourmentin pour leur porter assistance. Arrivé sur zone, le Jacques Oudart Fourmentin prend en charge les 19 naufragés ainsi que leur embarcation. Ils sont ramenés à Boulogne-sur-Mer où ils sont pris en charge par les pompiers du SDIS 62 et la PAF 62 à 16h16.

Ils sont tous sains et saufs grâce à l’efficience et la réactivité des acteurs agissant quotidiennement pour l’action de l’État en mer et la sauvegarde de la vie humaine : le CROSS Gris-Nez, la préfecture maritime et le centre des opérations maritimes, la Marine nationale, la gendarmerie maritime, la société nationale de sauvetage en mer, la douane française, les usagers de la mer, ainsi que les unités de l’État patrouillant quotidiennement en mer. 

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord met en garde les migrants qui envisagent de traverser la Manche, une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles (120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle par exemple), et donc dangereuse pour la vie humaine ! 

Si vous êtes victime ou témoin d’un évènement de mer, composez par téléphone le 196 ou par VHF canal 16.

Crédits photo :

BSAM Garonne - Marine nationale