Logo prefecture
Rechercher dans
Opérations de sauvetage de plusieurs embarcations de migrants dans le détroit du Pas-de-Calais (62)
1 sept. 2020

Mardi 1er septembre 2020, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez est informé que plusieurs embarcations de migrants se trouvent en difficulté au large de Calais (62).

A 05h20, le CROSS est prévenu par la vedette côtière de surveillance maritime Scarpe de la gendarmerie maritime, alors en patrouille dans la zone, qu’une embarcation (type engin de plage) se trouve en difficulté à 2 nautiques (environ 3,7 km) au nord du Cap Blanc-Nez (62). Les trois naufragés sont récupérés à bord de la vedette puis déposés au port de Calais à 07h37 où ils sont pris en charge par la police aux frontières (PAF 62).

Le CROSS Gris Nez est également prévenu par un ferry qu’une embarcation (type kayak) se trouve en difficulté à 2 nautiques (environ 3,7 km) à l’est de Calais (62). Le CROSS engage le patrouilleur des garde-côtes de la douane française Jacques Oudart Fourmentin pour lui porter assistance. Les deux naufragés sont récupérés à bord du patrouilleur, puis transférés à bord de la vedette Scarpe de la gendarmerie maritime pour être déposés au port de Boulogne-sur-Mer à 10h09 où ils sont pris en charge par la PAF 62.

Le CROSS Gris-nez est de nouveau prévenu par un ferry qu’une embarcation (type semi-rigide) se trouve en difficulté à 5 nautiques (environ 9  km) de Gravelines (59). Le CROSS engage alors le canot tout temps Notre Dame du Risban de la société nationale de sauveteurs en mer (SNSM) de Calais pour lui porter assistance. Les 8 naufragés sont récupérés à bord du canot puis déposés au port de Calais à 10h15 où ils sont pris en charge par les sapeurs-pompiers et la police aux frontières.

Ils sont tous sains et saufs grâce à l’efficience et la réactivité des acteurs agissant quotidiennement pour l’action de l’État en mer et la sauvegarde de la vie humaine : le CROSS Gris-Nez, la préfecture maritime et le centre des opérations maritimes, la gendarmerie maritime, la douane française, la SNSM, les usagers de la mer, ainsi que les unités de l’État patrouillant quotidiennement en mer.

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord met en garde les migrants qui envisagent de traverser la Manche, une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles (120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle par exemple), et donc dangereuse pour la vie humaine !

Si vous êtes victime ou témoin d’un événement de mer, composez par téléphone le 196 ou par VHF sur le canal 16.