Logo prefecture
Rechercher dans
Opérations d'assistance et de sauvetage de soixante-neuf personnes au large du Pas-de-Calais
Opérations d'assistance et de sauvetage de soixante-neuf personnes au large du Pas-de-Calais
31 janv. 2024

Mercredi 31 janvier 2024 en début de journée, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez est informé que plusieurs embarcations de migrants se trouvent en difficulté dans le détroit du Pas-de-Calais (62).

Dans la matinée, le CROSS Gris-Nez engage plusieurs moyens nautiques pour porter secours à une embarcation en difficulté à proximité de Camiers (62) : le patrouilleur des Affaires maritimes Thémis et le semi-rigide Président Jacques Lebrun de la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Boulogne-sur-Mer (62). Le patrouilleur Thémis récupère 14 personnes à son bord. A leur arrivée au port de Boulogne-sur-Mer (62), les naufragés sont pris en charge par les services de secours terrestres et la police aux frontières (PAF 62).

Plus tard dans la matinée, le CROSS Gris-Nez engage le bâtiment d'expérimentations de guerre des mines (BEGM) Thétis, de la Marine nationale, sur une deuxième embarcation en difficulté au large d'Audresselles (62). L'équipage du BEGM Thétis débute alors le sauvetage des personnes à bord de l'embarcation précaire. Alors que l'opération est en cours, la météo se dégrade avec un vent qui se renforce et une mer de plus en plus agitée. Le CROSS Gris-Nez engage alors le remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage (RIAS) Abeille Normandie, affrété par la Marine nationale, pour renforcer le dispositif. 27 personnes sont secourues par l'équipage du BEGM Thétis puis prises en charge par les équipes de secours terrestres à quai à Calais (62). En parallèle, l'équipage de l'Abeille Normandie porte secours à 28 personnes puis les dépose à quai à Boulogne-sur-Mer (62) où elles sont prises en charge par les services de secours terrestres.

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord met en garde toute personne qui envisage de traverser la Manche sur les risques encourus. Ce secteur maritime est une des zones les plus fréquentées au monde, avec plus de 600 navires de commerce qui y transitent par jour et les conditions météorologiques y sont souvent difficiles (120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle par exemple), c'est donc un secteur particulièrement dangereux, notamment en pleine période hivernale pour des embarcations précaires et surchargées.

Si vous êtes victime ou témoin d'un événement de mer, contactez les secours par téléphone en composant le n°196 ou par VHF sur le canal 16.