Logo prefecture
Rechercher dans
Opération de recherche et de sauvetage de plusieurs naufragés dans le détroit du Pas-de-Calais (suite).
24 nov. 2021

Rappel des faits :

Mercredi 24 novembre 2021, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez est informé par un navire de pêche que plusieurs naufragés se trouvent à la mer, dans le détroit du Pas-de-Calais.

De nombreux moyens sont engagés par le CROSS pour leur porter assistance :

  • Le patrouilleur de service public (PSP) Flamant de la Marine nationale ;
  • La vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Escaut de la gendarmerie maritime ;
  • Le canot tous-temps Notre Dame Du Risban de la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de Calais (62) ;
  • L’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale ;
  • L’hélicoptère du MRCC (maritime rescue coordination centre) de Douvres.

Point de situation :

Arrivé sur zone, l’hélicoptère Dauphin hélitreuille 2 naufragés inanimés, il les dépose à l’hôpital de Calais.

En parallèle, PSP Flamant récupère à son bord 2 naufragés conscients mais affaiblis et 17 naufragés inanimés. Les deux rescapés indiquent que l'embarcation comptait une trentaine de personnes à bord. La VCSM Escaut récupère à son bord 2 naufragés inanimés avant de les transférer sur le PSP Flamant afin de poursuivre les recherches en mer. 

Le canot tous temps Notre Dame Du Risban a récupéré également en mer 6 naufragés inanimés.

Au cours du transit vers le port de Calais, une équipe médicale est hélitreuillée par l’hélicoptère Dauphin à bord du PSP Flamant afin de prendre en charge les 19 naufragés inanimés. Malgré tous les efforts de l’équipe médicale à bord, les secours n’ont pu réanimer aucun des 19 naufragés. Les deux personnes conscientes ont également été prises en charge par l’équipe médicale à bord du PSP Flamant.

Les moyens sont arrivés à quai à Calais en début de soirée, et l’ensemble des victimes ont été transférées à l’hôpital de Calais.


La VCSM Escaut a poursuivi les recherches jusqu’en début de soirée. Les recherches ont été suspendues.


Une enquête a été confiée à la gendarmerie maritime.


Cet évènement dramatique, dont le terrible bilan fait état de 27 naufragés décédés, rappelle la dangerosité de ce secteur maritime. C’est une des zones les plus fréquentées au monde, les conditions météorologiques y sont souvent difficiles (120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle par exemple), c’est donc un secteur particulièrement dangereux.