Logo prefecture
Rechercher dans
Deux opérations liées au trafic d'êtres humains dans le détroit du pas de Calais
22 nov. 2018

Jeudi 17 novembre 2018, le Centre des Opérations Maritimes (COM) de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord est prévenu à 01h45 qu'un semi-rigide de 4 mètres a été repéré par le Remorqueur d'Intervention de Haute Mer (RIHM) Abeille Languedoc. L'Abeille se trouvait en patrouille maritime au nord est du cap Gris-Nez.

Le COM demande à l'Abeille Languedoc de suivre cette embarcation. L'escorte débute à 02h25 et se poursuit jusqu'à 3 milles marins (5 km) des côtes anglaises.  En coordination avec les autorités maritimes britanniques, le COM transmet ces informations qui permettront à la Border Force d'engager le patrouilleur Speedwell. Ce patrouilleur intercepte l'embarcation, avec à son bord six hommes et une femme à 03h40.


De plus, vers 03h00, le CROSS Gris-nez est alerté par le SAMU que des migrants sont en difficulté dans le secteur de Wimereux (62).

Immédiatement, une conférence à trois avec le SAMU et les migrants s'initie, mais la communication est particulièrement mauvaise et il est impossible de connaître la localisation des migrants.

Après avoir obtenu des éléments sur leur position, le CROSS Gris-Nez engage à 05h15 l'hélicoptère Dauphin de la Marine nationale stationné au Touquet afin de localiser précisément l'embarcation. De plus, le CROSS Gris Nez engage le RHM Abeille Languedoc, déjà en mer, et fait appareiller le Patrouilleur Garde-Côtes (PGC) des Douanes Jacques Oudart Fourmentin, alors au mouillage devant Calais.

A 06h10, l'hélicoptère relocalise l'embarcation, un semi-rigide, avec onze migrants à son bord, à 5 milles marins (9,2 km) au Nord du Cap Gris Nez. Ils sont pris en chage par le PGC Jacques Oudart Fourmentin pour être pris en charge à terre. Quatre parmi eux, en situation d'hypothermie sont transférés vers l'hôpital de Calais, et les sept autre sont remis aux services de la Police aux Frontières.

Ce dernier évènement est l'occasion de souligner que ces opérations nécessitent un travail permanent en coordination et coopération avec les autres services de l'Etat et les autorités britanniques. Cela permet ainsi la réussite d'opérations combinées comme celle-ci.

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord met en garde les migrants qui envisagent de traverser la Manche, une des zones les plus fréquentées au Monde, et donc dangereuse pour la vie humaine.

Si vous êtes victime ou témoin d'un événement de mer, composez le 196.